« Il faut courir aux pauvres comme au feu ! »   St Vincent de Paul











Qui sommes-nous ?



retour vers la page d'accueil

Des femmes, chrétiennes, bénévoles, formées, travaillant en équipe pour aider, par des actions de proximité, à la création ou la restauration de liens sociaux.

Aujourd'hui, nous sommes les héritières de milliers de femmes qui, au cours des siècles, interpellées par l'Evangile, fidèles au dynamisme de Saint-Vincent, se sont engagées à promouvoir des actions concrètes au service des plus pauvres.

NOS RACINES

Vincent Depaul, né à Dax en 1581, est ordonné prêtre à 20 ans, puis s'installe à Paris en 1608. Il y côtoie trois mondes : le monde de l'Église (il rencontre Pierre de Bérulle, François de Sales, Jeanne de Chantal), le monde de la cour (il est nommé aumônier de la reine Margot, il devient précepteur des enfants du général de Gondi, grand maîtres des galères de France), et le monde des pauvres à Paris, puis en Picardie.

St Vincent de Paul forme à Châtillon sa 1ère société des Dames de la charité et leur remet son règlement
Finalement, comprenant que sa véritable vocation est auprès des plus petits et des plus pauvres, Vincent Depaul quitte Paris en 1617 et s'installe dans une petite paroisse abandonnée à Châtillon les Dombes, près de Lyon.

Là, un dimanche d'août 1617, il lance un appel pour aller secourir une famille malade, dans la misère. De nombreuses femmes répondent à son appel. Il est émerveillé par toutes ces bonnes volontés, et très rapidement il éprouve le besoin de les organiser en équipes. Le 8 décembre 1617, prenant la Mère de Dieu comme protectrice, Mr. Vincent procède solennellement à l'institution de la première Charité à l'hôpital de Châtillon. Les Equipes Saint-Vincent sont nées.

Le règlement qu'il va donner aux « Dames de Charité » sera actualisé au fil du temps. Nous le retrouvons dans nos statuts et notre règlement intérieur. Il nous permet de vivre la charité dans le monde actuel.

LE MOUVEMENT AUJOURD'HUI

- Son organisation

- Les statuts de la Fédération

- Rapport d'activité 2016

- Rapport financier 2016

SAINT VINCENT NOUS PARLE

« Les dames veillaient à n'aider de leurs aumônes que les indigents incapables de gagner leur vie. Elles se contentaient de fournir aux autres les outils nécessaires à leur travail. »
Coste St Vincent et les dames de Charité, p40

« J'ai voulu donner aux femmes un ministère dans l'Eglise, le ministère de la Charité... Il y a 800 ans, ou environ, que les femmes n'ont point eu d'emploi public dans l'Eglise et voilà que cette même providence s'adresse à quelques-unes d'entre vous... »

« Il faut courir aux besoins de notre prochain comme au feu. »
Coste XI 31

« Il faut craindre que l'œuvre ne dépérisse dans peu de temps si pour la maintenir, elles (les dames) n'ont point quelque union et liaison spirituelle. »
Coste XIII 423

« Il faut faire le bien et ce bien là, le bien faire. »

« Les pauvres sont nos seigneurs et nos maîtres. »

« L'amour est inventif jusqu'à l'infini. »

LA FAMILLE VINCENTIENNE

Accès au site de la famille vincentienne.



Nous écrire